Étude de sol : tout comprendre des zones blanches, bleues et rouges

comprendre-blanches

Lors de la planification d’un projet de construction, l’étude de terrain est nécessaire pour garantir la sécurité et la pérennité de l’ouvrage. La classification des zones en blanc, bleu et rouge est l’un des éléments clés examinés. Cette opération influence directement les possibilités de réalisation des travaux sur un site donné. Nous vous proposons un guide détaillé de ces aspects.

Zones blanches : caractéristiques et implications

Elles représentent des secteurs dans lesquels les conditions géotechniques sont considérées comme favorables pour construire des bâtiments. Elles se distinguent par une bonne stabilité du sol et une faible probabilité de mouvements de la terre. La surface y présente une bonne capacité portante, supportant les charges des structures sans subir de tassement ou de déformation excessive. Ces emplacements sont en général exempts des dangers tels que les inondations ou les glissements.

L’homogénéité du terrain, déterminée grâce à des études de sol, facilite la pose des fondations. L’absence de variations majeures réduit le risque de complications imprévues et diminue les dépenses liées à la mise en place de mesures de protection spécifiques. Les démarches administratives pour obtenir les permis de construire sont moins complexes et sont également rapides à accomplir dans ce type d’environnements.

Étude sol définition zones blanches, bleues et rouges

Tout comprendre de l’importance des zones bleues

Ces zones sont situées à proximité des nappes phréatiques, des rivières ou des lacs. La terre est souvent saturée en eau, ce qui peut affecter sa capacité portante et sa stabilité. Le niveau des eaux souterraines peut varier en fonction des saisons, des précipitations et d’autres facteurs environnementaux. Ces fluctuations doivent être prises en compte lors des travaux de construction pour éviter les tassements. Des techniques d’édification spéciales, comme les pieux, doivent être utilisées pour atteindre des couches de sol plus stables. Cela permet d’assurer une base solide pour les structures. Des systèmes de drainage efficaces doivent par ailleurs être mis en place pour réduire les problèmes liés à l’humidité, tels que les infiltrations ou les dommages aux fondations. Les solutions peuvent comporter des drains périphériques, des pompes de relevage ou des membranes étanches.

Les risques et les restrictions dans les zones rouges

Les zones rouges sont caractérisées par une instabilité du terrain, où les mouvements, les affaissements et les glissements sont courants. Elles sont souvent situées dans des plaines inondables ou des régions sujettes à des crues régulières. Les risques d’inondation sont donc prédominants. L’activité sismique est en outre élevée. Les restrictions pour les projets immobiliers sont nombreuses et strictes. Les réglementations locales peuvent interdire ou limiter sévèrement la réalisation de nouveaux bâtiments. Les autorités prennent ces dispositions pour protéger les habitants et minimiser les catastrophes.

Les coûts de construction sont par ailleurs conséquents en raison des mesures de sécurité nécessaires, comme les fondations renforcées et l’utilisation de matériaux résistants. Avant de commencer des travaux, des études géotechniques et hydrologiques détaillées sont indispensables pour comprendre les défauts spécifiques du site et concevoir des solutions techniques adaptées. La mise en place de systèmes de protection tels que des digues, des murs de soutènement ou des structures antisismiques est requise. Ceci entraîne bien entendu des dépenses supplémentaires.

Partager :

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest