Nouveaux critères d’admissibilité pour le prêt à taux zéro : Un coup de pouce pour les acheteurs de maison

Depuis le 1er avril 2024, le prêt à taux zéro (PTZ) a subi une réforme majeure.
Nouveaux critères d'admissibilité pour le prêt à taux zéro : Un coup de pouce pour les acheteurs de maison
Nouveaux critères d'admissibilité pour le prêt à taux zéro : Un coup de pouce pour les acheteurs de maison

La transformation du prêt à taux zéro

Les barrières d’accès ont été abaissées, et les conditions de revenu ont été rehaussées, ce qui offre une opportunité en or pour les primo-accédants qui cherchent à acquérir leur résidence principale.

Le PTZ, un prêt qui ne requiert pas le versement d’intérêts, a été prolongé jusqu’à la fin de l’année 2027. Cette refonte a pour objectif d’élargir le spectre des candidats admissibles et d’accroître la part finançable pour les emprunteurs les plus modestes.

Les nouvelles conditions de revenu pour le PTZ

Une nouvelle catégorie de revenu a été instaurée à partir du 1er avril 2024, afin d’élargir le nombre de ménages éligibles au PTZ. Selon le gouvernement, cela permettra à 29 millions de foyers fiscaux de bénéficier de ce nouveau dispositif, contre 23 millions actuellement. Cela signifie que 73% de la population est éligible, contre 60% auparavant.

La réforme a permis d’augmenter significativement les seuils de revenus pour les deux premières catégories, et d’offrir une aide plus importante aux emprunteurs les plus modestes, en augmentant à 50% la part de leur projet finançable par le PTZ. Pour les locataires de logement social souhaitant acheter leur logement, le PTZ peut désormais représenter jusqu’à 20% du projet.

  • Tranche 1 : 25 000 € en zone A, 50% du projet finançable par le PTZ
  • Tranche 2 : 31 000 € en zone A, 40% du projet finançable par le PTZ
  • Tranche 3 : 37 000 € en zone A, 40% du projet finançable par le PTZ
  • Tranche 4 (nouveau) : 49 000 € en zone A, 20% du projet finançable par le PTZ

Le prêt à taux zéro comme prêt supplémentaire

Le prêt à taux zéro ne peut pas financer la totalité de votre achat. Il doit plutôt être considéré comme un prêt complémentaire à d’autres prêts, comme par exemple le prêt immobilier bancaire, le prêt à l’accession sociale (PAS), ou le prêt d’épargne logement.

Il existe également d’autres « petits prêts » à considérer, comme le prêt Action logement pour les salariés, les prêts d’organismes sociaux, ou encore l’éco-prêt à taux zéro, qui permet de financer les travaux d’économie d’énergie des logements anciens.

Comment faire une demande de PTZ ?

Pour faire une demande de PTZ, il faut commencer par se faire accompagner par une banque qui distribue le PTZ. Les grandes banques de dépôt sont généralement celles qui proposent ce type de prêts.

Ensuite, il faut savoir que le montant du prêt varie selon la localisation du bien et vos ressources. Il est donc important de faire vos simulations sur le site de l’Agence nationale pour l’information sur le logement (Anil).

Partager :

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest