Une hausse de 1,2% des aides aux chômeurs : un geste positif ou une goutte d’eau dans l’océan des besoins ?

Les demandeurs d’emploi français ont une bonne nouvelle à célébrer.
Une hausse de 1,2% des aides aux chômeurs : un geste positif ou une goutte d'eau dans l'océan des besoins ?
Une hausse de 1,2% des aides aux chômeurs : un geste positif ou une goutte d'eau dans l'océan des besoins ?

Une revalorisation de 1,2% des allocations d’assurance chômage prévue pour cet été

Les allocations d’assurance chômage seront revalorisées dès le mois de juillet. Cette augmentation, décidée par l’Unédic, touchera près de 2 millions de demandeurs d’emploi indemnisés, sur 2,7 millions au total.

L’Unédic, une association chargée par délégation de service public de la gestion de l’assurance chômage en France, collabore étroitement avec France Travail (ex-Pôle emploi). Cette décision de revalorisation a été votée à la majorité des suffrages exprimés lors d’un conseil d’administration de l’Unédic.

La confédération générale du travail juge cette revalorisation insuffisante

La CGT a d’ores et déjà exprimé son désaccord avec cette mesure, dénonçant l’extrême faiblesse de cette revalorisation. Selon l’Unédic, le contexte économique et l’équilibre financier du régime d’assurance chômage ont été pris en compte pour cette revalorisation, qui précède deux autres augmentations prévues au 1er avril et au 1er juillet.

En dépit de ces augmentations successives, pour la CGT, cette revalorisation est loin d’être suffisante. Le syndicat regrette que, malgré les demandes des organisations syndicales de tenir compte de l’inflation, la hausse reste bloquée à 1,2%.

Des tensions en perspective à l’approche des élections législatives

Alors que les élections législatives approchent, les allocataires de l’assurance chômage se retrouvent au cœur des débats entre le gouvernement, le patronat et les syndicats. La CGT dénonce une « obstination criminelle du patronat et du gouvernement », et accuse « l’extrême droite de prospérer sur la désespération sociale ».

Le syndicat estime que l’exécutif s’apprête à publier le décret relatif à la nouvelle réforme controversée de l’assurance chômage, à partir du 1er décembre. Cette situation suscite la colère de la CGT, qui dénonce des positions « d’une gravité sans nom ».

Voici quelques points clés à retenir de cette annonce :

  • L’augmentation des allocations d’assurance chômage de 1,2% à partir de juillet
  • La CGT juge cette revalorisation insuffisante
  • Des tensions montent à l’approche des élections législatives

Partager :

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest